Benzodiazépines

 Willi-Fox-Barbi&Benzo

Informations générales

Les benzodiazépines désignent un groupe de médicaments délivrés sur prescription médicale dont les substances actives servent à traiter les troubles du sommeil, que ce soit pour s’endormir ou pour faire une nuit complète. Les causes de ces troubles peuvent être la peur, l’excitation ou une agitation intérieure. Ils peuvent aussi être utilisés comme myorelaxant (Tétrazépam) ou comme antiépileptique (Clonazépam).

Les substances actives les plus connues sont le Diazépam, l’Oxazépam, le Nitrazépam, le Lorazépam, le Bromazépam, le Flurazépam, le Flunitrazépam, l’Alprazolam, le Triazolam, le Lormétazépam, le clorazépate dipotassique, le chlordiazépoxide et le Tétrazépam. Le Rohypnol et le Valium sont également des médicaments qui font partie du groupe des benzodiazépines.



Effets

Les Benzodiazépines agissent sur le métabolisme des cellules nerveuses du cerveau et sur les neurotransmetteurs entre ces cellules. Plus précisément, ils se fixent  sur des récepteurs cellulaires du système nerveux central (Récepteurs GABAA) et augmentent l’affinité de ces récepteurs pour le GABA (acide y-aminobutyrique, naturellement présent dans le corps), ce qui inhibe le système nerveux et provoque les effets suivants :

  • apaisement
  • diminution de l’agression et de l‘excitation
  • relaxation
  • disparition de la peur
  • déclenchement du sommeil

 

On classe donc les benzodiazépines parmi les substances calmantes et relaxantes.

 

Des effets physiques de la consommation sont:

  • choc
  • perte de conscience
  • convulsions
  • flaccidité des muscles
  • désinhibition agressive
  • chez la femme enceinte: possibilité de dommages chez le bébé à naître maux de tête




La consommation à plus long terme peut induire:

 

  • des dégâts au foie
  • des effets de sevrage physiques
  • des troubles du sommeil
  • des états proches de la psychose, p.ex. des délires de la persécution
  • une forte irritabilité




Dangers

Le danger de la dépendance et de la tolérance augmente avec  la durée de la consommation. Déjà après une consommation de quatre semaines, une dépendance psychique peut survenir. Cette dépendance semble être la plus haute parmi les benzodiazépines Flunitrazépam et Lorazépam.